Translate

Aina Brias Guinart est originaire de Barcelone. Depuis 2018, elle est doctorante à l’Université d’Helsinki (Finlande). Biologiste de formation, elle a toujours été intéressée par l’éducation et a travaillé comme enseignante pendant deux ans. Actuellement, son sujet de doctorat réunit ses deux passions : l’éducation et la biologie. Elle effectue ses recherches sur le thème de l’éducation environnementale, en particulier à Madagascar. Aina cherche particulièrement à comprendre les impacts à long terme des programmes d’éducation.

Aina et son équipe de recherche de retour d’une expédition à proximité du Parc National de Ranomafana
(de gauche à droite: Matthieu, Nirina, Marketta, Maria et Aina)

Plus sur Aina…

ExploH – Qu’est-ce qui vous motive dans votre travail ?

Être un scientifique signifie que vous ne vous ennuierez jamais, car chaque jour il y a un million de choses à apprendre. De plus, vous faites partie d’une communauté où vous rencontrez des personnes uniques qui s’engagent à faire de ce monde un endroit meilleur.

ExploH – Quelle partie de votre travail aimez-vous le plus ?

Grâce à mon travail, je suis venue à Madagascar, ce qui m’a offert de nombreuses opportunités : apprendre une culture différente, goûter à une nourriture délicieuse, voir une faune étonnante, rencontrer de nouvelles personnes, mais aussi explorer différentes façons de sourire, d’aimer, de parler… et, bien sûr, de faire partie d’ExplorerHome !

ExploH – Racontez-nous une anecdote de terrain qui vous a le plus marquée.

Je pense que presque chaque jour que j’ai passé à Madagascar a une bonne anecdote à raconter… Une qui me vient à l’esprit maintenant : 

Nous menions un projet dans une zone rurale de Madagascar (près de Fianarantsoa). Le projet comportait de nombreuses étapes différentes, où nous organisions des ateliers avec différentes personnes. La dernière partie du projet consistait à organiser un atelier final, où nous présentions les résultats du projet et discutions avec tous les participants. 

La nuit précédant cet atelier final, je n’arrivais pas à dormir. J’étais excitée – et nerveuse. J’espérais que tout se passerait bien. À 5 heures du matin, je me suis réveillé avec le bruit de la pluie : il y avait un énorme orage dehors. Et j’ai commencé à paniquer : certains des participants venaient d’un village qui se trouvait à 4 heures de marche. Comment viendraient-ils s’il y avait un orage ?

Nous nous sommes réunis pour le petit déjeuner avec l’équipe. L’orage ne s’était pas arrêté. Nous avons décidé de mettre tout le matériel dans des sacs en plastique pour l’amener jusqu’au lieu de l’atelier, pour éviter que la pluie ne gâche tout. Et nous avons commencé à préparer la salle, en pensant que probablement personne ne viendrait par ce temps… 

L’heure du départ est arrivée et, chose incroyable, tout le monde était là ! Même les gens qui ont dû marcher pendant 4 heures pour arriver. Vous pouvez imaginer notre bonheur à ce moment…

ExploH – Votre leitmotiv en tant que chercheur ?

« Voir le monde à travers les yeux d’un enfant »

En tant que chercheur, il est important d’être curieux, de regarder autour de soi et de remettre en question ce que l’on voit. Et les enfants sont les meilleurs professeurs pour cela.

ExploH – Si vous vous identifiez à une espèce animale ou végétale, ce serait laquelle ?Pourquoi ?

Peut-être l’Indri. En 2018, je me promenais dans une forêt près d’Andasibe, et tout à coup, ils ont commencé leurs chants distinctifs – l’émotion que j’ai ressentie à ce moment-là est inexplicable. 

De l’Indri, j’aime que ce soit un animal social. J’apprécie vraiment d’avoir autour de moi mes êtres chers. De plus, les Indri n’ont jamais pu se reproduire en captivité, ce qui m’inspire un sentiment de liberté. Et, le fait qu’ils peuvent être très bruyants. Parfois, je suis aussi très bruyant… 

ExploH – Qu’est-ce que vous trouvez le plus difficile dans votre travail ?

Il faut avoir beaucoup de patience, et une capacité d’improvisation. Les choses ne se passent jamais comme vous l’avez prévu, vous devez donc toujours être prêt à faire preuve de souplesse et à trouver des solutions. 

Aussi, le fait que vous passiez parfois beaucoup de temps loin de votre famille et de vos amis.

ExploH – Si vous n’étiez pas un scientifique, quel métier auriez-vous choisi ?

Quand j’étais jeune, je voulais être organisatrice de mariage.
Cela doit être très amusant !

ExploH – Votre « role model » ?

Mes deux grands-mères. Même si elles ont plus de 90 ans, elles me reçoivent toujours avec le sourire et me donnent de bons conseils ! 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *